PRÉSENTATION DU TERRE-NEUVE

Historique

Ses origines sont assez controversées, mais il est maintenant quasiment certain qu’il n’est pas originaire de l’île du Canada dont il porte le nom.

Newfoundland

L’île de Terre-Neuve est située à l’embouchure du St Laurent à proximité de la côte atlantique du Canada. Elle est séparée du continent par le détroit de Belle-Isle.

Entre la côte de l’Acadie (au sud) et celle du Labrador (au nord) elle apparaît comme une vaste plate-forme de 110.667 km2 flottant à l’entrée de l’estuaire du Saint-Laurent. Elle est érodée par les glaces et parsemée de lacs, son climat est humide et froid. Sa seule richesse restera la pêche et entraînera sa colonisation.

Au IXe siècle, les vikings établis en Islande conduisirent une expédition menée par Erik Le rouge vers les côtes du Labrador et celles de Terre-Neuve.

En 1497, l’île redécouverte par le Vénitien Sébastien Carot fût nommée “Terre des morues”. Il signala qu’il n’existait à cette époque aucun chien domestique sur ces terres inhabitées.

Ce lieu emblématique de la grande pêche océane devient aussi un lieu stratégique, enjeu de la rivalité Franco-Anglaise au XVIIIe siècle. La France renonça à ses derniers privilèges sur cette île en 1904.

Elle devint une province du Canada en 1948 et le chien Terre-Neuve deviendra officiellement un chien Canadien en 1996.

Il est généralement admis que ce serait un descendant du dogue du Tibet et de molosses Assyriens. Il fût introduit dans l’île de Terre Neuve par les Vikings. Les indiens de la tribu des “Beothuk” connaissaient bien cette race, bien que légèrement différente du standard actuel, et l’utilisait principalement comme animal de trait.

C’est le croisement de ces chiens indiens et de différentes races européennes entre le 15e et le 18e siècle qui lui ont apporté sa stature et sa forme actuelle.

Les pêcheurs anglais l’ont introduit en Europe, après avoir constaté ses aptitudes naturelles au sauvetage à l’eau. Au 19e siècle, des morutiers Français, séduits par ce noble animal, l’introduisirent en France.

Savez-vous que Napoléon aurait été sauvé de la noyade par un chien Terre-Neuve lors de son départ sur l’île d’Elbe?

Caractéristiques

De la famille des molossoïdes, le Terre-Neuve pèse entre 50 et 75 kg, et mesure de 60 à 80 cm au garrot. Son ossature et sa tête sont massives, son museau est court et ses yeux petits et bruns. Il possède une membrane interdigitale aux quatre pattes, ce qui fait souvent dire qu’il a les pattes palmées.

Sa robe dense et lustrée, imperméable à l’eau, peut être de couleur noire, marron ou enfin blanc et noir. Une fourrure épaisse et huileuse ainsi qu’un sous-poil dense lui permettent de résister au froid et lui assurent une bonne flottaison. Grand nageur, il est capable de véritables exploits à l’eau comme apporter une bouée à une personne en difficulté, aller chercher une embarcation à la dérive, aller porter secours à un naufragé… Cela en fait le chien de sauvetage aquatique idéal.

Il a toutes les qualités de cœur et la bravoure en plus. Il possède une force impressionnante qui ajoutée à sa vitalité lui donne des dispositions naturelles pour le sauvetage. Mais ce ne sont pas là ses seules possibilités. Ce chien s’illustre également dans bien d’autres activités comme chien d’utilité.

À la maison

C’est un chien d’une très grande fidélité et d’un caractère exceptionnel. Doux, généreux, intelligent, patient, c’est le compagnon idéal des enfants qu’il protège naturellement.

Un peu indépendant et têtu, ce qui n’est pas contradictoire avec sa fidélité, il est docile et accepte les réprimandes. Le secret pour bien éduquer ce colosse est de toujours avoir une bonne fermeté et surtout une forte complicité.

Le Terre-Neuve est un chien de garde, dissuasif par sa masse (entre 50 et 75 Kg pour le mâle), très sur parce qu’il ne mord pas. Il possède une certaine vigilance mais il aboie peu.

Surtout il remplit à merveille le rôle de “nurse” auprès des enfants en leur montrant une bienveillance et une patience sans bornes.

Son éducation ne pose pas de problème particulier et les remontrances portent particulièrement bien sur ce chien, par ailleurs très attaché à sa famille. Son intelligence le prédispose à comprendre les attentes de son maître. Comme pour tous les gros chiens, cette éducation doit être à la fois très précoce et très progressive. Il est bon de favoriser la sociabilité du chiot et lui proposer des exercices courts faisant appel à son goût du jeu.

Il faut surtout éviter, pendant au moins les six premiers mois, tout exercice un tant soit peu violent ou prolongé.

Respecter sa période de croissance est primordial. Le rapport est de 100 entre son poids de naissance et son poids à l’âge de 1 an. (450 grammes à environ 45 Kg). La nourriture privilégiera la qualité sur la quantité. Quelques vitamines (Calcium, Vitamine D…) sont indispensables pendant cette période.

Compte tenu de sa taille, le Terre-Neuve est sujet aux torsions d’estomac. Une sage précaution sera donc de fractionner sa nourriture au moins en deux repas.

Il n’aime pas la solitude et demande à être sorti journellement.

C’est un chien naturellement équilibré qui supporte assez mal le changement de maître.

Terminons ce portrait en évoquant rapidement certaines particularités physiques. Dès 1779, Bewick mentionnait le pied palmé du Terre-Neuve. Soyons clair, tous les chiens possèdent une membrane interdigitale, le Terre-Neuve fait partie des chiens où elle est particulièrement développée.

Le Terre-Neuve nage-t-il d’une façon spéciale ? Un film réalisé pour “30 Millions d”Amis” a montré (caméras sous l’eau) qu’il nageait comme tous les autres chiens.

De nombreuses personnalités ont été ou sont encore les maîtres de ce chien merveilleusement doux et fidèle.

Maîtres célèbres

Ils ont eu un Terre-Neuve

Arthur Koestler, Audubon, Benjamin Franklin, Bing Crosby, Captain Cook, Charles Dickens, Christian Saron, Christine Caron, Édouard VII, Fabrice Guy, Georges III, Georges V, Georges Washington, Hélène, Humphrey Bogart, James Barrie, James Boswell, Jeannette Mc Donald, Le prince de Galles, Le Roi Hassan II, Lord Byron, Lord Nelson, Ophélie Winter, Ouida, Patrick Fiori, Richard Wagner, Robert Burns, Robert Frost, Robert Kennedy, Rostropovitch, Sir Edwin Landseer, Sir Henry Irving  & Sir Walter Scott